MASTER BUSINESS 3.0
MASTER BUSINESS
Le 1er Réseau Social B to C

Bienvenue à vous dans le monde du e-business et de l'échange direct entre les Particuliers, les Associations et les Professionnels.

Sur MASTER BUSINESS, vous pourrez "inter-agir" sur les Réseaux Sociaux les plus connus tels que TWITTER, FACEBOOK, LINKEDIN, VIADEO, GROUPE CANADA FRANCE, JKPM, GOOGLE PLUS...etc...

Entrez dans la nouvelle ère du 3.0 made in France !

Fini la perte de temps sur internet à rechercher les solutions à vos besoins...
laissez les solution venir à vous!

Connectez-vous à l'avenir...


Isabelle DEMETTRE
ET
Thibaut-Marc CAPLAIN

MASTER BUSINESS 3.0

Votre nouveau réseau social business ouvert aux particuliers, associations et professionnels / #CRM #business #MadeInFrance @MasterBusinessF
 
AccueilCalendrierGroupesMembresPortail*ConnexionS'enregistrer
Liens partenaires



E-magazine
#JeSuisCharlie (l'hommage)

WEEMOVE event's


CTM LAB 2 #crowdfunding

MASTER BUSINESS 3.0
vous propose aujourd'hui :

CTM Lab : StartUp Land
#MB3 #emag Lire toute l'actu !

#Crowdfunding #France

#100% #News A lire ! MAAM
#Liberté #Égalité #Fraternité
#Election Présidentielle A lire !
#Politique A lire !
#Economie #Emploi A lire !
#Droit #Finance A lire !
#Marketing #Publicité A lire !
#Société #Famille A lire !
#Psychologie moderne A lire !
#Nouvelle #Technologie A lire !
#Santé #Science A lire !
#Autisme A lire !
#Mode #Beauté A lire !
#Cinéma #TV #People A lire !
#Insolite A lire !
#Gastronomie A lire !
#Art #Culture A lire !
#Sport A lire !
#Cours, #Activités et #Loisirs
#Environnement A lire !
#Faits #divers A lire !
#Humour A lire !
#JeuxDeRôles A lire !
#Horoscope A lire !
#Météo A lire !
#Amiens #Somme #Picardie
#Paris #Parisien #Parisienne
#BienÊtre et #Santé #LR ++

#RégiePubWeb Agence de com'
#BusinessAuFéminin Le blog
#BusinessWomanClub Le club

#MB 3.0 com' Les pubs

#CRM MasterBusinessF #INTRANET MasterBusinessF
#TV MasterBusinessF

Développez votre réseau business via:

MASTER BUSINESS 3.0 MIDI
Repas d'affaires Jet7

- Chaque #mercredi #midi
- Chaque jeudi #midi
- Chaque #vendredi #midi

mais aussi:

- Chaque #mardi #soir

Développez votre avenir professionnel via:

MASTER BUSINESS 3.0 RH
Stages, Formations...etc...

- Trouver un #stage
- Trouver une #formation
- Trouver un #emploi
- Trouver un #contact
- Lire les #annonces
- Répondre à une #offre
- Trouver un #financement
- Trouver un #Graphiste
- Créer sa #société
- Faire sa #communication

mais aussi:

- Proposer un #stage
- Proposer une #formation
- Proposer un #emploi
#MasterBusinessF #TMCweb3
- DARKNET BUSINESS

#BGE #CLUB
#SHIVA #CLUB #WORLD
#BABYCHOCO #CLUB
Droits sur le site
Le réseau social MASTER BUSINESS 3.0 appartient à:

70% à Isabelle DEMETTRE, Consultante-Gérante-Associée Sarl CABINET CTM

15% à Sarl CABINET CTM, société de conseil pour les affaires et la gestion

10% à Thibaut-Marc CAPLAIN, Consultant-Associé-Majoritaire Sarl CABINET CTM

5% à T-M.C CONSULTING CLUB, Club de Consultants Indépendants franco-canadiens


Hotline

Mme Isabelle DEMETTRE
Propriétaire de
MASTER BUSINESS 3.0
Ceux qui commencent le plus de sujets
Isabelle DEMETTRE
 
MASTER BUSINESS 3.0
 
Admin
 
Régie Publicitaire Web
 
Thibaut-Marc CAPLAIN
 
AudreyAkpama
 
Kellye PARENT
 
CAPLAIN FAMILY FINANCE
 
MAAM
 
AMIENS
 

Partagez | 
 

 prévention #drogues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Thibaut-Marc CAPLAIN

avatar

Votre Profession : Consultant

22072014
Messageprévention #drogues

Sur le #réseau #social MASTER BUSINESS 3.0 on est libre d'échanger sur ce sujet !



MASTER BUSINESS 3.0
un #RéseauSocial #alternatif
Revenir en haut Aller en bas

 Sujets similaires

-
» prévention #drogues
» Risques et accidents industriels majeurs : Caractéristiques, réglementation, prévention
» VIETNAM 1884/1885
» Prévention mal de dos
» prévention #alcool
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

prévention #drogues :: Commentaires

avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:26  Admin
S'INFORMER POUR MIEUX FAIRE FACE

Parce que les consommations de drogues illicites, d'alcool et de tabac sont avant tout le reflet d'une société, de ses rituels ou de ses maux, les comportements en matière de toxicomanie ne cessent d'évoluer. Ainsi, en une décennie, a-t-on vu la consommation de cannabis fortement augmenter, notamment chez les jeunes, en France plus qu'ailleurs ;
la cocaïne, surtout consommée dans des milieux aisés, a fait son apparition dans des cercles plus larges ; les effets dévastateurs de l'héroïne, en revanche, ont été beaucoup mieux maîtrisés grâce au succès des traitements de substitution et d'une politique de réduction des risques désormais inscrite dans la loi. Le recul du tabagisme se confirme en particulier chez les femmes et les plus jeunes, mais il devra encore être encouragé, comme cela a été le cas depuis 2000 avec les fortes hausses du prix des cigarettes qui ont accompagné les campagnes de prévention. Quant aux excès de la consommation d'alcool, il reste encore un long chemin à parcourir pour changer les représentations, les comportements, et éviter ainsi les trop nombreuses maladies ou décès prématurés (de tous les pays d'Europe, la France connaît la plus forte surmortalité masculine liée à l'alcool). Même si chacun, ou presque aujourd'hui, connaît les dangers d'un verre de trop ou d'un paquet de cigarettes quotidien, pour soi comme pour les autres.

Pour s'adapter au mieux aux évolutions nouvelles, les pouvoirs publics ont mis en place un programme 2004-2008 pour prévenir les toxicomanies, prendre en charge la dépendance, développer la réduction des risques et lutter contre le trafic. Parce qu'une bonne information est un outil majeur de la prévention, ce livret sur les drogues, réactualisé, a pour ambition de vous apporter, produit par produit, une meilleure connaissance sur les effets, les dangers, les recours et les aides possibles, mais aussi sur l'évolution de la loi. Notre souhait est que ce livre se retrouve entre les mains du plus grand nombre ; qu'il suscite le dialogue, au sein de la famille, à l'école ou au travail. Mieux informé, le citoyen est plus autonome dans ses choix, mieux à même de s'orienter vers des systèmes d'aides et de soins et plus apte à soutenir des proches en difficulté, dans un domaine, la dépendance, qui plonge au plus profond de la personne humaine.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:27  Admin
QU'EST-CE QU'UNE SUBSTANCE PSYCHOACTIVE ?

Alcool, tabac, cannabis, héroïne, cocaïne, etc. sont des substances psychoactives qui agissent sur le cerveau :

>> elles modifient l'activité mentale, les sensations, le comportement. Leur usage expose à des risques et à des dangers pour la santé, et peut entraîner des conséquences dans la vie quotidienne ; leur usage peut en outre engendrer une dépendance ;
>> elles provoquent des effets somatiques (sur le corps) variables selon les propriétés de chacune, leurs effets et leur nocivité.

Le cannabis, la cocaïne, l'ecstasy, l'héroïne (.) sont des substances illicites : le code pénal en interdit et en réprime la production, la détention et la vente, conformément aux conventions internationales ; leur usage est également interdit et sanctionné.

Les médicaments psychoactifs (anxiolytiques, hypnotiques, antidépresseurs) sont prescrits par un médecin pour traiter des états d'anxiété, de troubles du sommeil, de dépression ; leur production et leur usage sont strictement contrôlés. Cependant, il arrive qu'ils soient détournés de cet usage thérapeutique, et l'automédication est fréquente.
L'alcool et le tabac sont des produits dont la vente est contrôlée, et leur consommation dans les lieux publics réglementée.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:28  Admin
USAGE, USAGE NOCIF ET DÉPENDANCE : LES DIFFÉRENTS COMPORTEMENTS DE CONSOMMATION

La consommation des substances psychoactives a pour effet immédiat de modifier les perceptions, l'humeur et le comportement. Ces effets varient selon les substances, les quantités, la fréquence et la durée des consommations et sont aussi modulés par des facteurs individuels.
La consommation régulière peut avoir un retentissement sur les activités, les relations et la vie personnelle : c'est ce qui définit un usage nocif.
La dépendance est la situation dans laquelle se trouve la personne qui ne peut plus se passer du produit sans ressentir un manque d'ordre physique et/ou psychique.
De plus, certaines substances comportent des risques à court terme (overdose, accidents, violence) ou à long terme pour l'organisme, notamment des cancers, des maladies respiratoires ou cardiovasculaires.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:29  Admin
QU'EST-CE QUE L'USAGE SIMPLE ?

L'usage simple est une consommation de substances psychoactives qui n'entraîne ni complications pour la santé, ni troubles du comportement ayant des conséquences nocives pour soi ou pour autrui. Il en est ainsi chez les adolescents et les jeunes qui essaient les drogues illicites par curiosité, ou qui consomment avec les autres par effet d'entraînement. Beaucoup en resteront à une unique expérience ou n'auront qu'une consommation occasionnelle en petite quantité.

Le passage à des consommations de plus en plus régulières ou à des produits de plus en plus dangereux (selon la théorie de l'escalade) ne se produit pas de façon systématique. Il varie selon le potentiel addictif de chacune des substances et la vulnérabilité des individus due à leur contexte de vie, leur histoire personnelle et l'existence ou non de troubles psychologiques.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:29  Admin
QU'EST-CE QUE L'USAGE NOCIF ?

L'usage nocif, ou abus, est caractérisé par une consommation répétée induisant des dommages dans les domaines somatiques, psycho-affectifs ou sociaux, pour le sujet lui-même, mais aussi pour son environnement.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:30  Admin
On parle d'usage nocif lorsque l'on peut constater :

>> des infractions répétées liées à l'usage d'une substance (violences commises sous l'effet d'un produit, accidents divers sous l'effet du produit, etc.) ;

>> l'aggravation de problèmes personnels ou sociaux causés ou amplifiés par les effets de la substance sur les comportements (dégradation des relations familiales, difficultés financières, etc.) ;

>> des difficultés et/ou l'incapacité à remplir ses obligations dans la vie professionnelle, à l'école, à la maison (absences répétées, mauvaises performances au travail, baisse des résultats scolaires, absentéisme, exclusion, abandon des responsabilités, etc.) ;

>> l'incapacité à se passer du produit pendant plusieurs jours.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:31  Admin
USAGE, USAGE NOCIF ET DÉPENDANCE : LES DIFFÉRENTS COMPORTEMENTS DE CONSOMMATION

LA DÉPENDANCE, ÇA COMMENCE QUAND ?

Une personne est dépendante lorsqu'elle ne peut plus se passer de consommer, sous peine de souffrances physiques et/ou psychiques. Sa vie quotidienne tourne largement ou exclusivement autour de la recherche et de la prise du produit. La dépendance peut s'installer de façon brutale ou progressive, en fonction de l'individu et du produit consommé.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:32  Admin
La dépendance, qui peut être physique et/ou psychique, se caractérise par des symptômes généraux :

> l'impossibilité de résister au besoin de consommer ;
> l'accroissement d'une tension interne, d'une anxiété avant la consommation habituelle ;
> le soulagement ressenti lors de la consommation ;
> le sentiment de perte de contrôle de soi pendant la consommation.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:32  Admin
La dépendance psychique

La privation d'un produit entraîne une sensation de malaise, d'angoisse allant parfois jusqu'à la dépression. Une fois qu'elle a cessé de consommer, la personne met du temps à s'adapter à une vie sans le produit. Cet arrêt bouleverse ses habitudes, laisse un vide et peut favoriser la réapparition d'un mal-être que la consommation visait à supprimer.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:33  Admin
La dépendance physique

La privation de certains produits tels que les opiacés, le tabac, l'alcool et certains médicaments psychoactifs engendre un état de manque qui se traduit par des symptômes physiques qui varient selon le produit : douleurs avec les opiacés, tremblements majeurs avec l'alcool, convulsions avec les barbituriques et les benzodiazépines.
Ces symptômes peuvent être accompagnés de troubles du comportement (anxiété, irritabilité, angoisse, agitation, etc.).
Le besoin de consommation devient alors irrépressible.
Lorsqu'une personne arrête de manière brutale ou progressive la prise d'une substance psychoactive, on parle de sevrage. Pour libérer l'organisme du besoin de la substance sans les effets physiques du manque, les personnes pharmacodépendantes peuvent trouver une aide médicale et psychologique. Il leur est proposé un traitement approprié qui peut prendre la forme d'un sevrage sous contrôle médical ou d'un traitement de substitution. Le suivi et l'accompagnement psychologique sont souvent nécessaires pour retrouver une vie sociale et une activité normale.
Toutefois, le risque de rechute est important et plusieurs épisodes de soins sont souvent nécessaires pour mettre fin à la dépendance.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:34  Admin
LA POLYCONSOMMATION

Multiplication des produits et des dangers

Les consommations sont souvent associées soit par un effet d'entraînement, soit pour la recherche de sensations, soit encore pour atténuer les effets de certains produits. On parle alors de polyconsommation, dont les dangers sont souvent méconnus : conjugués, les effets des produits sont amplifiés, entraînant des risques plus graves pour la santé.

Exemples de polyconsommation :
cannabis et alcool ou héroïne et cocaïne.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:37  Admin
Polyconsommation, les chiffres d'une réalité française (en 2013)

25,8% des 18-44 ans déclarent avoir déjà consommé en même temps au moins deux substances psycho-actives (en excluant le tabac). Dans 90 % des cas, il s'agit du mélange alcool-cannabis.

39,3% des jeunes de 17 ans déclarent avoir déjà consommé simultanément au cours de leur vie du cannabis et de l'alcool ; 13% de l'alcool et des médicaments ; 2,6% du cannabis et des champignons hallucinogènes.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:38  Admin
L'ACTION DES DROGUES SUR LE CERVEAU

LA DOPAMINE ET LE "CIRCUIT DE LA RECOMPENSE"

Les drogues qui agissent le plus fortement sur l'humeur sont les psychostimulants et les opiacés. Les psychostimulants, comme leur nom l'indique, augmentent la vigilance et diminuent la sensation de fatigue et de sommeil : c'est le cas des amphétamines et de la cocaïne. Au contraire, les opiacés, comme la morphine ou l'héroïne, ont un effet d'endormissement. Bien que ces deux groupes de produits aient des effets opposés, les recherches actuelles ont montré qu'ils possèdent en commun la propriété d'augmenter dans le cerveau la libération d'une molécule fabriquée par les neurones, la dopamine. En fait, ce ne sont pas seulement les psychostimulants et les opiacés mais aussi tous les produits qui possèdent cette propriété de faire libérer la dopamine, comme le tabac, l'alcool, l'ecstasy ou le cannabis, qui déclenchent de la dépendance chez l'homme.

L'intérêt de cette découverte vient de ce que la dopamine active chez l'homme un circuit appelé le "circuit de la récompense". Il s'agit d'un ensemble de structures cérébrales qui, comme un baromètre, nous indiquent à chaque instant dans quel état physique et psychique nous nous trouvons. Lorsque la quantité de dopamine augmente dans ces structures, quelle qu'en soit la raison, nous ressentons du plaisir et considérons que tout va bien, même si par ailleurs notre corps souffre ou que nous sommes déprimés.
Ainsi les drogues, par leur action biochimique, modifient la conscience que nous avons de notre environnement et de nous-mêmes. La prise répétée de drogues modifie à long terme la façon dont notre cerveau perçoit l'origine de ses satisfactions et perturbe notre recherche du plaisir, entraînant ainsi chez certaines personnes des phénomènes de dépendance.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:39  Admin
Synapse



Pour passer d'un neurone à un autre, l'influx nerveux se transforme en messages chimiques qui prennent la forme d'une substance sécrétée par le neurone, le neuromédiateur, comme par exemple la dopamine. Il existe différents neuromédiateurs (la dopamine, la sérotonine, l'acétylcholine, etc.) qui se lient à des récepteurs spécifiques. Le neuromédiateur traverse l'espace situé entre deux neurones, la synapse. C'est sur ces processus qu'agissent les substances psychoactives.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:40  Admin
Connexion entre deux neurones



À l'intérieur du cerveau, les informations circulent sous forme d'activité électrique, appelée influx nerveux ; elles cheminent des dendrites au corps cellulaire, où elles sont traitées, puis du corps cellulaire à l'axone. Quelle que soit la substance, le cerveau est la première cible.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:43  Admin
L'ACTION DES DROGUES SUR LE CERVEAU

CERVEAU HUMAIN, RÉGIONS CÉRÉBRALES ET CIRCUITS NEURONAUX (VOIES NERVEUSES)

Système limbique

Le système limbique, ou cerveau des émotions, est le lieu où nos réactions cérébrales les plus primaires naissent, ainsi que la plupart des désirs et besoins vitaux, comme se nourrir, réagir à l'agression et se reproduire.
De ce fait, il existe dans le cerveau des circuits dont le rôle est de récompenser ces fonctions vitales par une sensation agréable ou de plaisir.
Ce système est composé, entre autres, de l'hypothalamus, de l'hippocampe et de l'amygdale.



Système hédonique ou système de récompense

Le système hédonique fait également partie du système limbique ; il comprend l'aire tegmentale ventrale (ATV), qui contient des neurones à dopamine, et le noyau accumbens (ACC) où ils se projettent.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:45  Admin
L'ACTION DES DROGUES SUR LE CERVEAU

SUBSTANCE PAR SUBSTANCE, LES EFFETS SUR LE CERVEAU

Cannabis

Le cannabis, par l'intermédiaire de son composé actif, le tétrahydrocannabinol (THC), entraîne une faible libération de dopamine selon un mécanisme encore mal compris. Les récepteurs au THC (cannabinoïdes) sont présents en forte densité dans le système limbique.

Cocaïne

La cocaïne agit en empêchant la recapture de la dopamine, de la noradrénaline et de la sérotonine au niveau des synapses. Ce faisant, elle augmente la présence et donc l'effet de la dopamine, notamment au niveau du cerveau des émotions (système limbique).

Héroïne

L'héroïne est transformée dans le cerveau en morphine. C'est en se liant sur des récepteurs situés sur des neurones à GABA (un neuromédiateur inhibiteur) que la morphine augmente la libération de dopamine. Lorsqu'ils sont stimulés par la morphine, ces récepteurs, dont le rôle naturel est de recevoir des endorphines, bloquent la libération de GABA et activent donc les neurones à dopamine.

Amphétamines

Les amphétamines ou l'ecstasy augmentent brutalement la libération de dopamine, de noradrénaline et de sérotonine. Ces fortes libérations sont suivies d'un épuisement des stocks de ces neuromédiateurs et d'une période de récupération plus ou moins longue.

Alcool

L'alcool se lie à de nombreux récepteurs biologiques comme les récepteurs au glutamate ou au GABA. Il intervient aussi, comme certains composés de la fumée du tabac, en bloquant la dégradation de dopamine, de noradrénaline et de sérotonine.

Nicotine

La nicotine a longtemps été considérée comme le seul composé responsable de la dépendance au tabac. En fait, plusieurs observations indiquent que la nicotine n'est pas seule responsable de l'addiction au tabac. Des recherches récentes ont montré que la fumée du tabac contient aussi des produits qui bloquent la dégradation de neuromédiateurs comme la dopamine, la sérotonine et la noradrénaline. La dépendance au tabac serait donc due à un effet synergique entre le blocage de la dégradation de ces neuromédiateurs et l'action de la nicotine qui agit en imitant l'action d'un neuromédiateur naturel, l'acétylcholine qui se lie aux récepteurs nicotiniques.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:46  Admin
Un peu d'histoire...
Des drogues aux substances psychoactives


L'usage de certaines substances n'est pas récent. En Asie, les feuilles du cannabis sont utilisées à des fins thérapeutiques depuis des millénaires, et l'alcool apparaît dès l'Antiquité. La médecine grecque utilisait l'opium et en signalait déjà les dangers. Aux XVIe et XVIIe siècles, on se servait du tabac pour guérir les plaies. Au XIXe siècle, des chirurgiens employaient la cocaïne.
Utilisés pour soigner et guérir, ces produits (dont l'usage varie selon les cultures et les traditions) étaient aussi employés dans des cérémonies sacrées, des fêtes, afin de modifier l'état de conscience et renforcer les relations entre les personnes.
Autrefois, le mot drogue désignait un "médicament", une préparation des apothicaires (pharmaciens d'autrefois) destinée à soulager un malade. Puis il a été utilisé pour désigner les substances illicites.
Aujourd'hui, pour nommer l'ensemble de tous ces produits qui agissent sur le cerveau, que l'usage en soit interdit ou réglementé, on emploie le terme de "substances psychoactives".
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:49  Admin
Le cannabis est le produit illicite le plus largement consommé en France, surtout par les jeunes. Les dangers d'une consommation régulière sont réels.



LE CANNABIS, QU'EST-CE QUE C'EST ?

Le cannabis est une plante. Le principe actif du cannabis responsable des effets psychoactifs est le THC (tétrahydrocannabinol), inscrit sur la liste des stupéfiants. Sa concentration est très variable selon les préparations et la provenance du produit.



A QUOI ÇA RESSEMBLE ?

- l'herbe (marijuana, ganja, beuh, etc.).

Ce sont les feuilles, tiges et sommités fleuries, simplement séchées. Elles se fument généralement mélangées à du tabac, roulées en cigarette souvent de forme conique ("joint", "pétard"...).

- la résine (haschisch, hasch, shit, chichon, etc.).

Obtenue à partir des sommités fleuries de la plante. Se présente sous la forme de plaques compressées, barrettes de couleur verte, brune ou jaune selon les régions de production. Se fume généralement mélangée à du tabac : "le joint". Le haschich peut être coupé avec du henné, du cirage, de la paraffine, ou d'autres substances plus ou moins toxiques.

- l'huile

Préparation plus concentrée en principe actif, consommée généralement au moyen d'une pipe. Son usage est peu répandu en France.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:50  Admin
AGIR, RÉAGIR, AIDER, ÊTRE AIDÉ : ANNUAIRE

Les addictions, et plus généralement toutes les consommations excessives font partie le plus souvent d’un ensemble de comportements à risques ou de symptômes qui sont l’expression d’un malaise passager, ou bien de difficultés plus profondes. Comment estimer sa consommation, entre usage nocif et dépendance ? Comment être accompagné dans les processus d’aides à l’arrêt ou tout simplement, avec qui établir un dialogue ?
Il est possible de trouver de l’aide auprès de son médecin, ou dans une structure spécialisée proche de chez soi, dont vous pouvez trouver les coordonnées en consultant les annuaires ci-dessous.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:52  Admin
PRINCIPAUX ANNUAIRES DES STRUCTURES DE PREVENTION OU DE SOIN SPECIALISEES DANS LA CONSOMMATION DE SUBSTANCES PSYCHOACTIVES

Répertoire des structures spécialisées (addictologie, alcoologie, tabacologie, toxicomanie) (MILDT)

Sur le site de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie, sont répertoriées à destination du public et des professionnels de santé l’ensemble des structures spécialisées qui interviennent dans le champ de l’addictologie, de l’alcoologie, de la tabacologie et de la toxicomanie. Ce répertoire est mis à jour régulièrement et permet de trouver la structure que l’on recherche en fonction de ses besoins : que ce soit pour la prévention, le soin, l’hébergement thérapeutique, l’insertion ou l’intervention en milieu professionnel.

http://www.drogues.gouv.fr/rubrique83.html


Annuaire des consultations de tabacologie (OFT)

L’office français de prévention du tabagisme met à la disposition du public et des professionnels de santé un annuaire national des consultations de tabacologie.

http://oft.spim.jussieu.fr/lib/map.php


Réseau des centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance (CEIP)

Le réseau des CEIP est un réseau de vigilance de l’Afssaps. Ils ont entre autres missions le recueil et l’évaluation des cas de pharmacodépendance et d’abus des substances psychoactives, médicamenteuses ou non (à l’exclusion de l’alcool et du tabac), et l’information sur les risques d’abus et de dépendance.

http://www.drogues-dependance.fr/agir_ceip.html
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:54  Admin
L'usage, l'usage nocif et la dépendance concernent bien plus les adultes que les adolescents ou les jeunes. Mais la plupart des consommations problématiques commencent avant vingt ans. C'est pourquoi ce chapitre consacre une place importante à l'adolescence et à la façon dont les parents peuvent encadrer et soutenir leur enfant en quête d'autonomie.

ADOLESCENCE : ENTRE QUÊTE D'AUTONOMIE ET BESOIN DES PARENTS

L'adolescence est la période la plus propice aux premières expériences, motivées par la curiosité ou la recherche de sensations nouvelles : premières amours, première cigarette, premières soirées. à cet âge, l'expérimentation est aussi une façon d'entrer dans un groupe ou de conforter son appartenance au groupe.
Ces essais passent par des excès. Qu'elles soient "bruyantes" (attitudes provocatrices) ou "silencieuses" (repli sur soi), ces manifestations ne signifient pas a priori que l'adolescent est en difficulté.
Cette période de recherche et d'hésitation est souvent compliquée à vivre pour l'adolescent et son entourage. La discussion est d'autant plus difficile qu'à cet âge, l'adolescent peut ressentir l'aide des parents comme un obstacle à son indépendance ; mais dans le même temps, il a besoin de se sentir encadré par eux. Il s'agit donc pour les parents de naviguer entre cette quête d'autonomie et ce besoin important de soutien familial.

NE PAS PRÉJUGER D'UNE CONSOMMATION

Toute consommation, même au stade de l'expérimentation et surtout lorsqu'il s'agit de produits illicites, peut être considérée comme problématique. Mais tout comme un verre de vin ou une cigarette ne rend pas alcoolo-dépendant ou tabaco-dépendant, un adolescent qui fait une fois l'expérimentation du cannabis n'est pas un toxicomane.
L'expérimentation, dans un contexte particulier, n'a pas forcément un caractère durable et rien ne sert de dramatiser un essai ou une erreur.
En outre, cette consommation, le plus souvent, ne l'entraînera pas vers "l'escalade", vers des produits plus dangereux.
Les proches peuvent aider à prendre conscience des risques, en donnant des informations claires et précises. Les consommations excessives font partie le plus souvent d'un ensemble de comportements à risques ou de symptômes qui sont l'expression d'un malaise passager, ou bien de difficultés plus profondes. Dans ce cas, il est parfois nécessaire d'être conseillé par un professionnel de santé.
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:54  Admin
L'IMPORTANCE DU DIALOGUE EN CAS DE CONSOMMATION

Quels que soient le produit et le stade de sa consommation, il est très important de maintenir le dialogue avec l'adolescent. Il doit se sentir soutenu et écouté. S'il consomme des produits illicites ou fait un usage abusif d'alcool, par exemple, on peut tenter de repérer avec lui les difficultés, personnelles, au sein de la famille et dans son entourage, qui l'ont amené à ce comportement.
Dans ces discussions, il est important de valoriser son enfant, de l'encourager et de favoriser ses contacts avec l'extérieur.
Mieux vaut éviter de centrer toute la discussion sur les risques qu'il encourt pour sa santé : à cet âge, un discours trop alarmiste n'a que peu d'effet. Mieux vaut lui expliquer que l'adolescence est un moment important de construction de sa personnalité et que la consommation de drogues peut représenter un réel risque d'échec, scolaire ou social.
Selon le degré de dépendance de l'adolescent au produit consommé, il sera plus ou moins possible de l'aider à stopper sa consommation. En cas de forte dépendance ou de difficultés psychologiques persistantes, il ne faut pas hésiter à demander une aide extérieure pour être éventuellement guidé vers des centres spécialisés (voir pages suivantes les lignes téléphoniques et les centres de soins spécialisés).
avatar
Re: prévention #drogues
Message le Jeu 24 Juil - 8:55  Admin
L'IMPORTANCE DU DIALOGUE EN MATIÈRE DE PRÉVENTION

Les discussions peuvent commencer très tôt avec les enfants, dès la pré-adolescence. Très tôt, ils entendent parler des drogues ou voient autour d'eux des consommateurs : on peut dès cet âge leur expliquer ce qu'est la dépendance et leur dire que la consommation de certains de ces produits est punie par la loi. Important également : les aider à exprimer leur propre jugement, ce qui, si l'occasion se présente, les aidera plus tard à prendre leurs distances face à la pression du groupe.
Re: prévention #drogues
Message   Contenu sponsorisé
 

prévention #drogues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MASTER BUSINESS 3.0 :: Du 11 janvier 2012 au 31 décembre 2015 :: Saison 1 :: MASTER BUSINESS 3.0 - V1 :: MASTER BUSINESS 3.0 - V1.1 :: 6ème Etage :: 100% NEWS - Les actualités MASTER BUSINESS :: #Liberté #Egalité #Fraternité-
Sauter vers: